Délégation Paris-Centre
Centre national de la recherche scientifique




Accueil > Actualités

[Distinctions] Un ERC pour comprendre les contraintes structurelles qui sous-tendent la nature intégrée de la cognition humaine

[Distinctions] Un ERC pour comprendre les contraintes structurelles qui sous-tendent la nature intégrée de la cognition humaine

Consolidator Grants 2019

Après des études à New York University, Daniel Margulies a réalisé sa thèse de Doctorat à l’Université de Humboldt (Berlin, 2008–2010) pour laquelle il a reçu le Médaille d’Otto Hahn en 2010. Après son stage postdoctoral à la Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences, il a dirigé un groupe de recherche indépendant pour neuroanatomie et connectivité, toujours à la Max Planck (Leipzig, 2012–2017). Recruté au CNRS en 2017, il a depuis poursuivi son travail sur principes d’organisation corticale dans le cerveau humain. En 2018, il a été recompensé du prix Young Investigator de l’Organisation pour la cartographie du cerveau humain (Organization for Human Brain Mapping).

CORTIGRAD : Les gradients corticaux de l’intégration fonctionnelle

Historiquement, les neurosciences cognitives se sont concentrées sur des modules ou des réseaux distincts et mutuellement exclusifs, mais les descriptions actuelles de l’organisation du cerveau au niveau des réseaux ne tiennent pas compte des caractéristiques intégrées de la cognition. Daniel Margulies a récemment décrit un gradient principal dans la connectivité corticale qui reflète la façon dont l’activité des zones sensorielles/moteurs primaires est intégrée dans les régions transmodales du réseau du mode par défaut. Ce nouvel axe de recherche l’a amené à émettre l’hypothèse que les aspects cohérents de la cognition sont une propriété émergente d’une architecture cérébrale entière composée de multiples zones d’intégration. En particulier, il fait l’hypothèse que chaque région du cortex transmodal est le sommet d’une zone d’intégration qui est ancrée par de multiples régions corticales unimodales. En décrivant comment la disposition spatiale du cortex façonne ses fonctions, ce projet de recherche fournit un cadre nouveau pour comprendre les contraintes structurelles qui sous-tendent la nature intégrée de la cognition humaine.

 

 
 

Le 17 janvier 2020

Rechercher

A NOTER

CNRS Hebdo